Féminisme Sexe

Le plaisir au féminin

Le plaisir dans la sexualité féminine a toujours été censuré… Excision, stéréotypes et enseignements moralisateurs, la femme ne connaît pas encore la liberté de jouir sans tabous. Alors qu’atteindre l’orgasme est devenu un fantasme, de nombreuses femmes bouleversent la sexualité féminine par leurs attitudes décomplexées.

Dès nos premières règles, étape qui marque l’entrée d’une femme dans sa vie sexuelle ; notre épanouissement au lit semble d’ores et déjà vaincu. La femme serait donc vouée à une vie de souffrance et de frustration… Enfin pas tout à fait si on s’appuie sur les conseils de Zoë Ligon, sex-éducatrice, artiste et journaliste. Assumer sa liberté sexuelle, voilà de quoi en faire rougir plus d’une. Pourtant c’est ce que l’éducatrice en sexualité revendique en adoptant une attitude sans complexe par rapport à ses désirs et fantasmes. Son Instagram, où elle met en scène sa propre liberté sexuelle ; promeut le sexe comme une expérience du plaisir par son corps. Selon cette dernière, on peut être épanouie dans sa vie sexuelle même sans atteindre l’orgasme. Bye-bye pression et culpabilité, l’essentiel est de s’amuser. Notre vie sexuelle devient alors un monde à recréer où chacune peut imposer ses propres limites au lieu d’exclure certaines envies non tolérées par des mythes et clichés. Alors oui, on ne sera sans doute jamais aussi frivole que Zoë mais oser s’exprimer sexuellement pour éviter frustration et remise en question semble tout à fait praticable. Créatrice de sa propre boutique de sex-shop, elle insiste sur les bienfaits du visionnage de vidéos pornographiques (sans les imiter) et des sextoys comme révélateur de ses désirs.

Alors que la masturbation masculine est normalisée, définie comme spécifique au comportement de l’homme, Dr. Emily Morse revendique l’égalité en insistant sur les effets positifs de la masturbation aussi bien masculine que féminine. Dans sa vidéo « Masturbation Month », elle explique que cette activité permet de comprendre davantage son corps et donc d’exploiter ce qui nous plaît. Mis au service de soi-même dans un premier temps, cette dernière serait un bon moyen d’en faire profiter son partenaire. Avec une meilleure connaissance de soi-même et de ses envies, le sexe devient un terrain de jeu intéressant où l’on propose ses propres fantasmes au lieu d’attendre désespérément que l’autre les assouvisse. Ces femmes nous invitent à différencier nos propres limites de celles qui nous ont été inculquées et qui ne nous appartiennent pas. Elles prouvent que les femmes peuvent choisir leur propre sexualité tout autant que les hommes sans en avoir honte.

D’ailleurs nos Frenchies à nous, ont aussi la langue bien pendue. Maud Bettina et Juliette Tresanini animent la chaîne YouTube Parlons peu, mais parlons… cul finalement ! Avec humour et sans tabou, les deux comédiennes traitent différents sujets brisant certains stéréotypes sur la virilité par exemple ou en expliquant librement certaines pratiques sexuelles. Elles donnent même quelques astuces pour parler sexualité avec ses parents ou quand le sujet vient à nous tomber dessus.

Fini de simuler ou d’imiter les actrices porno, on choisit la sexualité qui nous correspond. Admettre que les femmes peuvent avoir des relations sexuelles sans que des sentiments romantiques soit obligatoirement investis dans la relation ; permet de mettre en valeur l’existence du désir féminin (et oui, les femmes aussi aiment le sexe). Cette notion de plaisir que l’on rationalise chez l’homme mais que l’on réprime chez la femme, retrouve son égalité grâce à une éducation sexuelle qui prêche l’affirmation de soi au lieu de se restreindre à des normes liées au genre. En brisant le concept d’une sexualité dominée par l’homme, le consentement se définit alors par des frontières plus franches. Vivre une sexualité selon son propre plaisir permet de ne plus se sacrifier pour celui de son partenaire. Penser à soi et se faire plaisir avec le consentement de l’autre, voici la véritable notion de partage. Zoë Ligon, Emily Morse, Maud Bettina et Juliette Tresanini, se présentent en tant que femmes épanouies dans leurs vies personnelles et intimes grâce à la connaissance qu’elles ont d’elles-mêmes. Vivre et assumer pleinement sa sexualité c’est sexy et libérateur alors… Lâchons prise et faisons l’amour (pas la guerre) !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s